Tsa-algerie

Automobile et électroménager : 51.000 postes d’emploi perdus en 2020

15-03-2021 19:32

Le chiffre est énorme. En 2020, le démantèlement des unités de montage de voitures et l’arrêt des usines d’électroménagers ont provoqué la perte de 51.000 emplois. C’est le ministre du Travail El Hachemi Djaaboub, qui l’a annoncé ce lundi 15 mars.« L’année 2020 a été marquée par la perte de 51.000 postes d’emploi suite à la fermeture des usines de montage automobile et à l’arrêt de l’importation des produits destinés aux usines de montage des appareils électroménagers », a indiqué le ministre au cours d’une visite à Chlef, selon l’agence officielle.En 2019, l’Algérie a décidé de réduire fortement les importations...

emi Djaaboub, qui l’a annoncé ce lundi 15 mars.« L’année 2020 a été marquée par la perte de 51.000 postes d’emploi suite à la fermeture des usines de montage automobile et à l’arrêt de l’importation des produits destinés aux usines de montage des appareils électroménagers », a indiqué le ministre au cours d’une visite à Chlef, selon l’agence officielle.En 2019, l’Algérie a décidé de réduire fortement les importations de kits CKD/SKD qui ont fleuri durant le quatrième mandat du président déchu Abdelaziz Bouteflika, qui a été chassé du pouvoir en avril 2019 par le Hirak populaire.Début 2020, le gouvernement a mis fin aux importations de ces kits, ce qui a provoqué l’arrêt des usines d’assemblage et la fermeture de plusieurs concessionnaires automobiles.Dans le même temps, les autorités ont mis fin à l’interdiction d’importer des véhicules neufs, et lancé un nouveau processus d’agrément des concessionnaires automobiles qui se poursuit jusqu’à aujourd’hui.| Lire aussi : Importation des véhicules neufs : deux arrêtés contradictoiresDes agréments provisoires ont été délivrés à une dizaine de concessionnaires qui ne peuvent pas importer avant d’obtenir des agréments définitifs. Le gouvernement a aussi gelé l’application d’une disposition de la Loi de finances 2020, autorisant le retour à l’importation des véhicules de moins de trois ans.Résultat : le marché automobile algérien n’est plus approvisionné en véhicules neufs, ce qui a provoqué une incroyable flambée des prix des voitures d’occasion. Pour l’industrie d’assemblage de véhicules, un autre cahier des charges a été promulgué en août 2019, mais aucun projet d’investissement n’a été dévoilé.Outre l’automobile, l’électroménager et l’électronique grand public ont été également durement touchés par l’arrêt des importations de kits SKD/CKD EN 2020. Le gouvernement a mis plusieurs mois avant de mettre en place une nouvelle réglementation régissant cette activité.

Partagez l'article :

Actualités