Algérie7

Comment faire pour récupérer l’argent détourné par les hauts dignitaires ?

4 jours, 5 heures, 58 minutes

Algérie – En 2019, l’histoire politique de l’Algérie a basculé avec la chute du régime Bouteflika. En effet, une page s’est tournée et les algériens étaient épris d’espoirs. Le peuple en avait ras le bol d’un système politique extrêmement vicié qui a montré toutes ses limites. L’élection d’Abdelmadjid Tebboune à la tête de la présidence algérienne n’a absolument pas convaincu les algériens. D’après les militants du Hirak, Tebboune n’est que la continuité du régime Bouteflika. Dès lors, si c’est lui qui doit diriger le pays, il n’y aura pas de grands changements selon une large partie des algériens. L’actuel chef de...

bol d’un système politique extrêmement vicié qui a montré toutes ses limites. L’élection d’Abdelmadjid Tebboune à la tête de la présidence algérienne n’a absolument pas convaincu les algériens. D’après les militants du Hirak, Tebboune n’est que la continuité du régime Bouteflika. Dès lors, si c’est lui qui doit diriger le pays, il n’y aura pas de grands changements selon une large partie des algériens. L’actuel chef de l’État sait qu’il est attendu au tournant et qu’il va devoir entreprendre des actions audacieuses pour regagner la confiance de son peuple. Après la fin du règne d’Abdelaziz Bouteflika, ce fut la débandade du côté des anciens pions du système. La plupart d’entre eux se sont exilés et ils ont pris le soin de bien assurer leurs arrières. En effet, des sommes colossales ont été détournées des caisses de l’État. Dans son programme de gouvernement, le président Tebboune a indiqué qu’il va falloir que des mécanismes soient mis en place afin de rapatrier l’ensemble des fonds qui ont quitté le pays. Le vote final est attendu pour ce jeudi Hier, lundi 13 septembre, le Premier ministre qui est à la fois ministre de l’Économie a présenté ces mécanismes à L’APN. Entre autres recommandations, le chef du gouvernement a annoncé un “règlement à l’amiable“ avec les personnalités qui ont détourné d’importantes sommes d’argent et qui sont dans les filets de la justice. L’idée s’est de trouver un compromis avec les “voleurs de la république“ pour qu’ils collaborent afin de faire revenir l’argent du peuple dans les caisses de l’État.Il faut dire que cette proposition a suscité des gorges chaudes au sein du parlement. Les débats ont été houleux. Il ya des parlementaires qui voient ces recommandations d’un bon œil alors que d’autres y sont farouchement opposés. Les discussions vont se poursuivre demain et c’est le jeudi 16 mars que le vote sera fait.

مشاركة المقال :

تغطيات إخبارية