ObservAlgerie

Des Algériens parmi les 18.000 enfants disparus en Europe

21-04-2021 21:07

Des Algériens figurent parmi les 18.000 enfants et jeunes réfugiés qui ont disparu de la garde de l’État en Europe entre 2018 et 2020. C’est ce que révèlent les statistiques du réseau de recherche “Lost in Europe” (perdus en Europe), publiés le 18 avril. « Il y en a au moins autant, car l’analyse montre également les faiblesses des statistiques nationales individuelles », expliquent les rédacteurs du rapport. Les statistiques ont montré qu’entre 2018 et 2020, 18.292 enfants et adolescents réfugiés non accompagnés ont disparu à travers l’Europe et n’ont jamais réapparu. Rien qu’en 2020, ce sont 5.768 enfants mineurs...

st in Europe” (perdus en Europe), publiés le 18 avril. « Il y en a au moins autant, car l’analyse montre également les faiblesses des statistiques nationales individuelles », expliquent les rédacteurs du rapport. Les statistiques ont montré qu’entre 2018 et 2020, 18.292 enfants et adolescents réfugiés non accompagnés ont disparu à travers l’Europe et n’ont jamais réapparu. Rien qu’en 2020, ce sont 5.768 enfants mineurs non accompagnés qui ont disparu dans 13 pays européens. L’enquête a précisé que 90% des mineurs disparus sont de sexe masculin et un enfant sur six a moins de 15 ans. La plupart de ces mineurs sont arrivés du Maroc, d’Algérie, d’Érythrée, de Guinée et d’Afghanistan, précise le même rapport sans donner des détails sur le nombre d’enfants pour chaque pays, en raison de l’absence de collaboration des pays d’accueil. Selon les rédacteurs du rapport, « la France, le Danemark et la Roumanie ne collectent aucune donnée. La Bulgarie ne fait pas de distinction entre les enfants accompagnés et les jeunes voyageant seuls. L’échange des données existantes ne fonctionne pas toujours sans heurts ». 5.768 mineurs disparus en 2020 dans 13 pays européens En Allemagne, 7.806 enfants et jeunes non accompagnés ont été portés disparus entre 2018 et 2020. La plupart viennent d’Afghanistan, suivi du Maroc et de l’Algérie, selon les rédacteurs du rapport. « Beaucoup ont réapparu, mais il n’y a aucune trace de 724 d’entre eux », précise-t-on. Ces chiffres sont collectés par l’Office fédéral de la police criminelle de Wiesbaden, qui souligne ouvertement les lacunes de ses propres statistiques sur son site Web. « En raison de divers problèmes tels que des entrées multiples, des papiers personnels manquants ou un manque de traitement du service d’identification, une enquête exacte n’est pas possible. Les chiffres donnés ne peuvent donc servir qu’à titre d’approximation », souligne le rapport. Il faut dire que la question des migrants mineurs non accompagnés a souvent suscité une polémique au sein des pays européens, notamment en France. Le sujet a été abordé au plus haut niveau chez les autorités françaises qui ne cessent de solliciter leurs homologues algériennes et marocaines pour régler ce problème. La France veut expulser les mineurs algériens et marocains En effet, le 25 mars dernier, le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a remis sur le tapis le cas des mineurs algériens et marocains non accompagnés en France. Lors d’une visite effectuée à Bordeaux, il a affirmé que le gouvernement français allait discuter avec les autorités algériennes et marocaines, en vue de l’expulsion des mineurs isolés originaires de ces deux pays d’Afrique du Nord. « Nous avons le problème particulier des mineurs non accompagnés qui se sont implantés massivement dans l’agglomération et dont certains commettent des actes de délinquance », a indiqué le ministre. « Nous allons discuter avec le Maroc et l’Algérie pour le renvoi de ces mineurs dans leurs pays d’origine », a assuré le ministre français de l’Intérieur, selon le journal « 20 Minutes ». Lire aussi : La France compte expulser les mineurs algériens non accompagnés

مشاركة المقال :

تغطيات إخبارية