Nouvelle republique

Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui

02-03-2021 21:41

Le Front Polisario a réitéré son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui sur ces ressources naturelles devant la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) qui se penchera, mardi, sur le recours en annulation de l’accord portant extension des Accords d’association et de libre-échange UE/Maroc au territoire du Sahara occidental. «La décision de l’UE d’inclure, sans le consentement du peuple sahraoui, les zones que le Maroc occupe illégalement depuis 1975, est contraire aux intérêts du peuple du Sahara occidental et contraire au droit international», écrit la représentation du Front Polisario en Europe dans un communiqué, à la veille...

ur le recours en annulation de l’accord portant extension des Accords d’association et de libre-échange UE/Maroc au territoire du Sahara occidental. «La décision de l’UE d’inclure, sans le consentement du peuple sahraoui, les zones que le Maroc occupe illégalement depuis 1975, est contraire aux intérêts du peuple du Sahara occidental et contraire au droit international», écrit la représentation du Front Polisario en Europe dans un communiqué, à la veille de l’examen par la CJUE du recours introduit par le Front Polisario, le 27 avril 2019. Pour expliquer les motivations de recours, le Front Polisario a énuméré une panoplie de dépassements pouvant motivé l’annulation dudit accord par la CJUE. Il invoque notamment «l’incompétence de l’UE et du Maroc à conclure des accords affectant un territoire non autonome en attendant la décolonisation». Le Front Polisario explique, en outre, que «la Décision a été adoptée en violation du statut différent et séparé du territoire sahraoui par rapport au Maroc», déplorant le fait que «l’UE a manqué à son devoir d’examiner la situation des droits de l’Homme du peuple sahraoui sous occupation militaire marocaine». Le Front Polisario évoque également la violation de son droit «en tant que représentant légitime sahraoui, de négocier et de décider de leurs ressources naturelles», estimant que la décision de l’UE est une «violation du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui» et «promeut les politiques d’occupation militaire marocaine». Dans ce contexte, il estime que cette décision a été décidée en «l’absence de consentement de la part du peuple sahraoui lors de la signature de l’Accord» et «étend le contrôle marocain sur le territoire en incluant l’espace aérien sahraoui». Par ailleurs, le Front Polisario assure que cette décision constitue une «violation du chapitre XI de la Charte des Nations unies en encourageant l’occupation illégale par la force d’un territoire non autonome» ainsi qu’un «non-respect, par l’UE, de l’obligation de faire respecter le droit international humanitaire et les droits de l’homme dans sa politique étrangère». Lors de l’audience, prévue les 2 et 3 mars, le Polisario explique qu’il «présentera au Tribunal la gravité de la décision du Conseil d’étendre l’application des accords illégaux aux zones sahraouies illégalement occupées par le Royaume du Maroc». Il rappelle que, «l’audience se tiendra mardi au Luxembourg pour les recours introduits contre la décision (UE) 2019/2017 du Conseil, du 28 janvier 2019, y compris les zones occupées du Sahara occidental dans le cadre de l’accord d’association UE-Maroc et l’accord de pêche UE-Maroc, ainsi que contre le règlement qui répartit les possibilités de pêche entre les Etats membres établies par l’accord de pêche». Pour rappel, deux audiences sont prévues mardi et mercredi devant la 9e chambre de la CJUE qui, «devrait rendre son délibéré dans plusieurs mois», a indiqué un porte-parole de l’institution établie au Luxembourg. Le Front Polisario, seul représentant légitime du peuple du Sahara occidental, avait introduit un recours en annulation de l’accord de libre-échange et l’accord de pêche signé le 28 janvier 2019 en ignorant les décisions de la CJUE, notamment de 2016 et 2018, et en violation du droit international. L’ALPS mène de nouvelles attaques contre les forces d’occupation marocaines Les unités de l’Armée populaire de libération sahraouie (ALPS) ont mené de nouvelles attaques contre les positions de l’armée d’occupation marocaine tout au long du mur de la «honte», a indiqué lundi le ministère sahraoui de la Défense. Selon le communiqué n 110, rapporté par l’Agence de presse sahraouie (SPS), «les combattants de l’ALPS ont mené un bombardement contre les sites des forces d’occupation dans la zone d’Al-Arya dans le secteur d’Atouizki». Ils ont également mené «un bombardement intense des bases des soldats d’occupation stationnés dans le secteur d’Atouizki et ont mené un autre bombardement contre les forces d’occupation marocaines retranchées dans la zone d’Akouira Ould Abalal dans le secteur de Mahbas». Le communiqué a ajouté que «les combattants de l’ALPS ont bombardé des positions des forces d’occupation marocaines dans la région de Lakseeb dans le secteur d’Atouizki». La même source souligne que les combattants de l’ALPS ont mené «un bombardement violent contre les positions des soldats d’occupation dans la zone de Ross Bin Amira dans le secteur d’Al-Forsia, et un bombardement d’un centre contre les forces ennemies retranchées dans la zone de Ross Benzka dans le secteur d’Al-Forsia». Les attaques de l’ALPS se poursuivent contre les forces d’occupation marocaines, qui ont subi davantage de pertes en vies humaines et matériels le long du mur de la honte, conclut le communiqué. La poursuite de l’occupation, une menace pour la stabilité dans la région Le vice-président de l’association russe pour les relations publiques, Igor Mintosov, a affirmé que la poursuite de l’occupation du Sahara occidental par le Maroc représente une menace pour la sécurité et la stabilité dans toute la région, soulignant la nécessité de mettre fin à cette situation dangereuse, a rapporté lundi l’agence de presse SPS. «En Fédération de Russie, nous considérons la RASD (République arabe sahraouie démocratique) comme un Etat moderne en termes de gestion et de construction d’une société civilisée et développée, en déduisant à cet égard le faible taux d’analphabétisme, les droits dont disposent les femmes et leur statut, le grand intérêt pour l’éducation et d’autres caractéristiques positives que la RASD possède et qui se perpétuent», a déclaré M. Mintosov, à l’occasion de la célébration du 45e anniversaire de la proclamation de la RASD, organisée par le Département européen des relations extérieures du Front Polisario. M. Mintosov, qui est également président de l’Association européenne des conseillers politiques, a, à cette occasion, salué la fermeté, « le courage et la volonté patriotique du peuple sahraoui, qui lui ont permis en peu de temps après la proclamation de son Etat, de se faire une place dans la famille africaine grâce à son appartenance à l’Union africaine (UA) et étendre sa reconnaissance sur différents continents, malgré l’occupation par le Maroc, qui n’offrira rien d’autre qu’une tragédie au monde, et encore plus d’obstacles». Il a hautement apprécié les mesures prises par les autorités sahraouies dans le processus de construction, de gestion et de modernisation de leurs institutions et de la lutte de leur peuple pour la dignité, la libération et le parachèvement de la souveraineté nationale, exprimant la solidarité de son organisation pour tous «les efforts de ce peuple unique et le Front Polisario, son représentant légitime et unique avec lequel nous entretenons des relations depuis des décennies». Le président de l’Association européenne des conseillers politiques en Russie a, en outre, réitéré la «disponibilité de l’organisation à continuer à travailler pour sensibiliser et faire connaître votre lutte en Russie et vous apporter un soutien sans faille pour accéder à l’indépendance et célébrer ce mémorial à l’avenir dans la ville de Laâyoune indépendante». R.I

مشاركة المقال :

آخر الأخبار