Tsa-algerie

 Covid-19 : ce qu’il faut savoir sur le vaccin d’AstraZeneca

30-01-2021 13:34

L’Algérie a entamé ce samedi 30 janvier sa campagne de vaccination contre la Covid-19, au lendemain de la réception des premières doses du vaccin russe Spoutnik V.Demain dimanche, l’Algérie doit recevoir un lot de vaccins contre la maladie à coronavirus Covid-19, qui a été développé par le laboratoire britannique AstraZeneca, en collaboration avec l’université d’Oxford.L’annonce a été effectuée ce vendredi par le ministre de la Communication, Ammar Belhimer, qui n’a pas précisé le nombre de doses que l’Algérie pourrait réceptionner. Il s’agit du deuxième lot de vaccins reçus par l’Algérie cette année, après un lot de doses du vaccin russe...

oir un lot de vaccins contre la maladie à coronavirus Covid-19, qui a été développé par le laboratoire britannique AstraZeneca, en collaboration avec l’université d’Oxford.L’annonce a été effectuée ce vendredi par le ministre de la Communication, Ammar Belhimer, qui n’a pas précisé le nombre de doses que l’Algérie pourrait réceptionner. Il s’agit du deuxième lot de vaccins reçus par l’Algérie cette année, après un lot de doses du vaccin russe Spoutnik V.Baptisé AZD1222, le vaccin d’AstraZeneca est un vaccin classique à vecteur viral non réplicatif utilisant un adénovirus de chimpanzé, rapporte La Dépêche qui précise que ce virus est transformé pour y ajouter une petite partie du virus responsable de la Covid-19 mais en quantité trop faible pour tomber malade.Le vaccin est inoculé par une injection intramusculaire, deux doses étant nécessaires avec une deuxième dose qui doit être effectuée entre quatre et douze semaines après la première. Le vaccin d’AstraZeneca a comme principaux avantages d’être peu coûteux, avec un prix d’environ 2,5 euros la dose, et d’être plus facile à stocker.En effet, ce vaccin peut être conservé à une température de réfrigérateur soit entre deux et huit degrés Celsius, bien loin des -70 degrés nécessaires pour conserver le vaccin du géant américain Pfizer, qui est lui basé sur la technologie ARN messager.Compte tenu de la facilité de production de son vaccin, AstraZeneca a ainsi affirmé être en mesure de fabriquer environ trois milliards de doses durant l’année 2021, rapporte Le Soir.| Lire aussi : Vaccination et véhicules : 2 polémiques qui révèlent les carences du gouvernementLe vaccin d’AstraZeneca présente également l’avantage d’être le premier vaccin dont les résultats d’efficacité ont été validés par une revue scientifique, précise la même source. The Lancet a en effet qualifié au début du mois de décembre ce vaccin de « sûr », avec des effets secondaires extrêmement rares. En effet, selon l’étude, seul un patient sur près de 24 000 volontaires a présenté un « effet indésirable grave susceptible d’être lié » à l’injection du vaccin.Le vaccin d’AstraZeneca disposerait d’un taux d’efficacité variant entre 70 et 90%. Un tel écart dans le taux d’efficacité réside dans la confusion autour des essais cliniques effectués par le laboratoire britannique.En effet, l’efficacité du vaccin s’est établie à 90% pour les volontaires qui ont d’abord reçu une demi-dose, puis une dose complète un mois plus tard, tandis qu’elle n’est que de 62% pour les volontaires ayant reçu deux doses complètes.Cette situation est due à une erreur commise par AstraZeneca en ne donnant qu’une demi-dose à un vaste groupe de volontaires, alors que seul un groupe réduit avait bénéficié des doses complètes. « Nous pensons que nous avons trouvé la formule gagnante et comment arriver à une efficacité qui, avec deux doses, est élevée comme celle des autres », a pour sa part tenté de rassurer le directeur général d’AstraZeneca, Pascal Soriot, cité par Le Soir.L’efficacité du vaccin d’AstraZeneca a également été remise en cause récemment en Allemagne, notamment en ce qui concerne les personnes âgées. En effet, une information publiée par le journal allemand Handelsblatt fait état d’un taux d’efficacité de 8% seulement pour personnes âgées de 65 ans et plus.Bien que le laboratoire ait catégoriquement démenti l’information, la qualifiant de « complètement incorrecte », la directrice de l’Agence européenne du médicament Emer Cooke a indiqué que « dans les études qui ont été menées, n’était inclus qu’un tout petit nombre de personnes âgées », rapporte La Dépêche. En tout état de cause, l’Allemagne déconseille à l’heure actuelle l’administration de ce vaccin aux personnes âgées de plus de 65 ans.Malgré la polémique, la Commission européenne a autorisé la mise en circulation au sein de l’Union européenne du vaccin d’AstraZeneca, rapporte France 24. « J’attends du groupe qu’il livre les 400 millions de doses comme prévu. Nous allons continuer de tout faire pour sécuriser les vaccins pour les Européens, nos voisins et nos partenaires de par le monde », a indiqué dans ce cadre Ursula von der Leyen, présidente de la Commission.Car AstraZeneca est actuellement empêtré dans une autre polémique avec l’Union européenne au sujet de la livraison de quantités suffisantes de doses du vaccin.L’accord avec l’UE assure qu’AstraZeneca fera « de son mieux » pour augmenter ses capacités de production, tout en soulignant que le respect du contrat constitue pour lui « une obligation légale, valide et contraignante », selon des passages du contrat publiés par la Commission et cités par le Journal de Montréal.

مشاركة المقال :

تغطيات إخبارية