L'est républicain

Sociologue et historien

19-09-2020 11:50

Le sociologue, historien et homme de culture algérien Abdelmadjid Merdaci est décédé hier à Alger. Né à Constantine, Abdelmadjid Merdaci, docteur d’Etat en sociologie, enseignait à l’université des Frères Mentouri de Constantine. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur le mouvement national algérien, il a aussi publié en 2008 un ouvrage sur le théâtre constantinois. « Constantine sur scènes- Contribution à l’histoire du théâtre constantinois » Edité en collaboration avec le TRC. Parti à l’âge de 74 ans, il était l’un des hommes de culture les plus en vue sur la scène culturelle constantinoise. Amoureux de sa ville natale...

es Frères Mentouri de Constantine. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur le mouvement national algérien, il a aussi publié en 2008 un ouvrage sur le théâtre constantinois. « Constantine sur scènes- Contribution à l’histoire du théâtre constantinois » Edité en collaboration avec le TRC. Parti à l’âge de 74 ans, il était l’un des hommes de culture les plus en vue sur la scène culturelle constantinoise. Amoureux de sa ville natale dont il n’a cessé de vanter les trésors et patrimoine immatériel, art culinaire, traditions sociales et musicales dont il s’inspirera d’ailleurs dans ses publications dont certaines ont été éditée par la maison d’édition propriété de la famille Parmi ses nombreux livres, « Dictionnaire des musiques et des musiciens de Constantine », dont il s’en inspirera quelques année plus tard, en 2008 pour rédiger le « Dictionnaire des musiques citadines de Constantine » lequel sera d’ailleurs réédité en 2015 à l’occasion de la manifestation Constantine capitale de la culture arabe, « Constantine, citadelle des vestiges », sorti en 2005, « la cité des Aigles : les mille et un noms » en 2015, « Les chemins de l’Indépendance » publié en 2012, « un mandat historique » en 2018 et « Tata, une femme dans la ville », essai biographique. L’ex ministre de la Santé, le professeur Abdelhamid Aberkane, ami du défunt a déclaré en marge de la cérémonie de l’enterrement que « feu Merdaci était un intellectuel reconnu, il n’a cessé de contribuer par sa touche à de nombreux travaux de recherche sur les traditions et la culture constantinoises lesquels participent à la sauvegarde du patrimoine immatériel constantinois à travers de nombreuses publications, ainsi qu’au mouvement sportif. L’Algérie et Constantine en particulier viennent de perdre une sommité, un homme irremplaçable de par sa bonté et sa curiosité de chercheur. Il a aussi participé à l’écriture de l’histoire de la révolution». Le défunt est le père de Meriem Merdaci, l’ex ministre de la Culture dans le premier gouvernement de Noureddine Bedoui après la chute du président Abdelaziz Bouteflika. Il a été inhumé hier au cimetière central de Constantine en présence de sa famille et amis, nombreux à avoir fait le déplacement pour l’accompagner à sa dernière demeure. En cette douloureuse circonstance, Lazhar Merad, Mohamed Aggabou et le collectif de L’Est Républicain présentent à son épouse, sa fille, ses frères et à toute la famille leurs sincères condoléances. M AGGABOU

مشاركة المقال :

تغطيات إخبارية