Elwatan

Il était l’un des premiers gynécologues post-indépendance : Le professeur Ould-Larbi Larbi nous a quittés

06-08-2020 09:24

L e professeur en gynécologie à la retraite Ould-Larbi Larbi est décédé lundi, à l’âge de 87 ans, des suites d’une maladie. Il a été enterré avant-hier, mardi, au cimetière de Belgaid, à Oran. Né au centre-ville de Chlef, le professeur était l’un des premiers gynécologues algériens post-indépendance ayant exercé dans les hôpitaux universitaires d’Alger, Oran et Blida. Il avait, d’abord, exercé, à l’hôpital Parnet d’Alger avant de poursuivre son activité au CHU d’Oran. Il a été ensuite appelé pour faire partie de l’équipe médicale ayant contribué à l’ouverture du nouveau CHU de Blida, selon un de ses proches. Il...

entre-ville de Chlef, le professeur était l’un des premiers gynécologues algériens post-indépendance ayant exercé dans les hôpitaux universitaires d’Alger, Oran et Blida. Il avait, d’abord, exercé, à l’hôpital Parnet d’Alger avant de poursuivre son activité au CHU d’Oran. Il a été ensuite appelé pour faire partie de l’équipe médicale ayant contribué à l’ouverture du nouveau CHU de Blida, selon un de ses proches. Il est retourné par la suite à Oran où il a présidé aux destinées de la clinique de maternité Nouar Fadela (ex-Sainte Anne) du CHU d’Oran. Durant son long parcours médical, le professeur Ould-Larbi Larbi avait, en outre, formé une génération de gynécologues, notamment dans l’ouest du pays. Pendant la Révolution, il avait milité au sein de la fédération de France du FLN et était un compagnon proche du chef de la Wilaya IV historique, le Dr Youcef Khatib, dit Si Hassen. Il a aussi à son actif la publication d’une série d’ouvrages médicaux dédiés à la gynécologie et la protection maternelle et infantile, dont Grossesses et accouchements à hauts risques et le guide La mère, l’enfant et la vie.

مشاركة المقال :

تغطيات إخبارية