Midi Libre

Durcissement des sanctions

26-05-2022 00:00

l’approche de l’examen du Bac, les autorités durcissent les sanctions à l’endroit des contrevenants. Des peines de prison pouvant aller jusqu’à 15 ans et des amendes lourdes assorties sont en effet prévues...Ces sanctions concerneront tous ceux qui font dans la fuite de sujets ou encore ceux qui font dans la "tricherie" durant les épreuves. Le ministère de l’éducation nationale a annoncé sur son site que "les sanctions contre les contrevenants durant l’examen du baccalauréat dans sa session 2022 seront durcis par des sanctions pénales". Le ministère livre des détails affirmant que "ceux qui perturbent les examens, soit à titre partiel...

évues...Ces sanctions concerneront tous ceux qui font dans la fuite de sujets ou encore ceux qui font dans la "tricherie" durant les épreuves. Le ministère de l’éducation nationale a annoncé sur son site que "les sanctions contre les contrevenants durant l’examen du baccalauréat dans sa session 2022 seront durcis par des sanctions pénales". Le ministère livre des détails affirmant que "ceux qui perturbent les examens, soit à titre partiel ou total, seront punis par des peines d’emprisonnement". Les contrevenants parmi les candidats qui font dans la fuite de sujets programmés durant l’examen, seront condamnés à des peines de 7 à 15 ans de prison avec confiscation du matériel utilisé pour ce genre de délits. C’est vraiment du lourd dans le cadre de la prévention contre les délits de Cela ne s’arrête pas là puisque les candidats qui font dans le "copiage flagrant" ou ceux qui disposent d’informations au préalable ou ceux qui tentent de diffuser des réponses de sujet durant l’épreuve sur des sujets d’examen seront également punis par des peines d’emprisonnement allant entre 1 et 3 ans selon les circonstances du délit. Des amendes entre 10 et 30 millions de centimes sont également prévus dans ce contexte où ces "tricheurs" seront bannis des examens pour une durée de 5 ans. Pour ceux qui encadrent et s’occupent de l’organisation des examens, la loi a également retenu de lourdes sanctions, à savoir une peine d’emprisonnement entre 5 à 10 ans avec des amendes entre 50 à 100 millions de centimes. L’autorité de tutelle a adressé des instructions fermes à toutes les directions de l’éducation et aux directeurs exécutifs de "veiller au strict respect de ces décisions afin de déjouer toutes les tentatives entravant la bonne marche des examens". Il est à rappeler que l’année dernière, près de 62 poursuites judiciaires ont été engagées contre ceux qui ont été saisis en flagrant délit de "fuite illégale de sujet d’examen" dont 26 concernés ont subi des peines d’emprisonnement. Contrairement aux éditions précédentes qui ont été entachées de scandales de fuite de sujets et qui a obligé parfois à la réédition de l’examen, les autorités publiques veulent mettre fin à ce fléau qui écorne l’image de ce précieux sésame. redonner une crédibilité au Bac est désormais la priorité des pouvoirs publics en assurant un déroulement normal des épreuves qui concerneront cette année des milliers de candidats.

مشاركة المقال :

آخر الأخبار